1- Facteurs conditionnant le financement de l'entreprise et ses modalités.

a. Taille de l'entreprise: (Classement illustratif)--- micro entreprises (investissement de moins de 5,000 - 100,000 PME ($100,000 -  $10,000,000), grandes entreprises (> $ 10, 000,000).

b. Mode d'organisation: les entreprises individuelles et familiales sont prédominantes, les sociétés en forme de commandite et sociétés anonymes peu utilisées.
c. Natures des activités: industries de transformation, commerce, industries de service; marchés internes ou externes; cycles de production long ou court; risques sectoriels. 

d. Besoins de financement: fonds propres, équipements et autres immobilisations, fonds de roulements; financement à long, moyen ou court terme. Montant requis

f. Facteurs externes: intermediaires et instruments financiers, cadre juridique, politique monétaire.

2- Le crédit bancaire, mode prépondérant de financement des entreprises dans le pays.

a. Le système bancaire: 8 banques commerciales dont 2 publiques (BNC, BPH), 4 privées (Unibank, Sogebank, BUH, Capital bank), une etrangère (Citibank) et une banque de logement (Sogebel).

b. Faible capacité de financement: portefeuille global d'environ $ 4.7 milliards et fonds propres de $ 429 millions en mars 2018, avec 3 banques (Uni, Soge, BNC)  représentant près de 75% du total. Limitations prudentielles BRH pour montants prêts (10%FP institution, 20% secteur). Syndications possibles mais peu utilisées. 

c. Prérequis pour l'obtention de prêts commerciaux: (1) dossier bien préparé (infos commerciales, financières et compétence et expérience promoteurs) --- (2) capacité de remboursement en fonction de rentabilitéet cash flow prévisionnels et aussi suffisance des fonds propres -- (3) garanties réelles et personnelles --- (4) autres sûretés (assurances).

d. Termes et conditions du crédit commercial (fourchettes actuelles): prêts en gourdes taux de 13% - 22% et prêts en dollars de 5% - 7%. Durée de 3 ans - 5 ans. Lignes de crédit 1 an renouvelable. Pour les prêts hypothécaires, taux d'environ 10% en gourdes jusqu'à 20 ans. Gestion choix devises et risque de change.

e. Pourquoi les coûts onéreux et conditions contraignantes du crédit bancaire?: Surcoûts des opérations des banques (frais de manutentiopn et transport de cash, d'énergie, de sécurité, et légaux), réserves obligatoires de la BRH (445 des dépots en gourdes et 49.5% en dollars), et prédominance des dépots à vue. En outre, risques non commerciaux élevés et manque de concurrence. 

3. Crédits fournisseurs et crédits clients.

a. Crédits fournisseurs: d'usage courant et lié au marketing dans les pays avancés et surtout dans le commerce en Haiti. Coûts peu élevés mais de courte durée. Dans conjoncture actuelle, reduction des crédits fournisseurs externes aux importateurs/distribiteurs à cause de la perception de risques et le retrait des assureurs. Crédits fournisseur locla aux entreprises indutrielles, agricoles ou de services sont modestes.

b. Crédits clients: Financement idéal (sans coût et parfois à long terme) mais presqu'inconnu  dans les entreprises haitiennes sauf dans les contrats de BTP ou les abonnements ou paiements d'avance pour certains services publics ou privés. Potentiel dans les projets immobiliers. (achats sur plan). 

4. Autres formes de crédit peu utilisées par les entreprises en Haiti. 

a. Affacturage (<factoring>): Escompte d'effets ou de comptes à recevoir auprès d'institutions financières ou d'investisseurs à des fins de liquidité. Elle se fat en dessous de la valeur nominale (60% - 80%) et avec assignation du règlement à l'affactureur de façon à limiter les risques. Une analyse des transactions sous-jacentes est requise. L'écart entre taux créditeurs et débiteurs permet une tarification intéressante. Il existe une institution spécialisée, la SOGEFAC, liée à un grouoe bancaire, qui travaille surtout à l'interne. 

b. Emissions de bons de caisse < commercial paper>, et d'obligations de courte durée ou à moyen terme auprès d'institutions non bancaires (fonds pension, assurances) ou d'autres investisseurs. Faisable à des coûts inféfieurs au crédit bancaire pour les entreprises bien établies, regulièrement auditées et ayant un parcours reconnu de rentabilité. La UNIFINANCE membre d'un groupe bancaire a réalisé quelques opérations de placement privés.

c. Crédit-bail ou leasing. Financement à moyen terme (3 ans - 5 ans) pratique pour les PME peu capitalisées ou en démarrage. Le crédit bailleur achète un équipement pour l'entreprise et le met à disposition  moyennement un loyer sur la periode du bail. Au terme du bail le client peut soit le restituer ou l'acquérir à une valeur résiduelle convenue. Les taux d'intérêts implicites peuvent être élevés mais les problèmes de fonds propres et de garantie sont évités. Les tests de solvabilité, de liquidité et de capacité de gestion du client demeurent. Ayity Leasing crée en 2016 et liée au groupe BUH-AIC est la première société spéecialisée sur le marcé haitien. Inadaptation du cadre légal et fiscal.

5- La problématique  du financement des fonds propres et du financement à long terme.

a. Constitution des fonds propres: En l'abscence d'un marché financier, les fonds propres se limitent à des apports personnels augmentés de ceux de la famille et de proches. Cela se traduit par des entreprises de petite taille et sous capitalisées qui ont du mal à obtenir du crédit, à fonctionner efficacement et à croître. Extrêmement difficile aussi de financer des start-up. Exception de projets portés par quelques familles ou groupes fortunés. 

b. Institutions financières de développement locales: Crées au début des années 1980 pour fournir des capitaux de long terme. La SOHFIDES(privée) peut offrir du crédit long, des garanties et prendre des participations. Dans la réalité, elle fonctionne comme une banque commerciale avec des termes un peu plus attractifs. La FDI(public)  dispose d'une large gamme d'instruments: réescompte, cofinancement, sous-prêts, participations directes, garanties et autres avec une limite de $ 750, 000. Mais pas d'impact global significatif (à part de problèmes d'autre nature).

c. IFD internationales: Léopard Capital Fud (capital-risque privé, $1 -3 ,mm, retrait 5 ans, disp. $ 20 - 75 mmm), de PROPARCO/Fr(Hexagon, Comcel/Voila, agroind.), de la SFI/BM(E-power, Digicel, Marriot), à titre d'exemple.

6. Commentaires sur le micro-crédit

a. Nature, source et disponibilité de ressources: 350 insts, 1/2 millions clients, portedeuille 1/4 crédit bancaire

b. Pertinence pour le financement des PME: Prêts 5,000 - 25,000 Gdes, TAUX = 40%, 6 MOIS, commerce + agr.

7. Quelques mesures pour dynamiser le financement des entreprises

a. Amélioration de la gestion des PME

b. Mise en place d'un fonds de garantie des prêts aux PME

c. Développement d'intermédiaires non bancaires et du marché financier: Programme BRH, ProFin, HSE 

                                                                                                                                                                                                                                                                        Raymond Magloire, Rév. 04-09-19

 

MBA-UNDH, en route vers l'excellence managériale!

Inscription
Les inscriptions pour la quatrième promotion seront reçues très bientôt.

contactez-nous

MEMBRES FONDATEURS